Inversion couleurs Imprimer PDF
Partager

Soudain, le cou était de travers

Après une expérience de mort imminente à l'âge de deux ans et une scoliose à 12 ans, Jasmin Dinkel ne peut soudainement plus bouger la tête à l'âge de 18 ans. Ce n'est que des années plus tard qu'elle reçoit le diagnostic : dystonie cervicale.
Cet article a été rédigé par la rédaction d'édition de CH Regionalmedien AG pour le compte de Gesundheit Aargau et est paru le 21.12.22. Nous sommes heureux que des maladies rares fassent régulièrement l'objet de portraits dans ce format.

Lisez le portrait de Jasmin Dinkel ici (en allemand)

Les dystonies font partie des maladies rares et comprennent plusieurs tableaux cliniques qui ont un point commun : des contractions musculaires involontaires et prolongées. Selon la forme et l'intensité de la dystonie, cela peut entraîner différentes positions du corps, parfois remarquables - comme le torticolis (torticollis spasticus).

Les experts estiment qu'environ 40 personnes sur 100 000 souffrent de dystonie. Dans la plupart des cas, il s'agit d'une dystonie idiopathique (primaire). Cela signifie que les causes exactes ne sont pas connues. Chez certaines personnes concernées, les troubles disparaissent complètement au cours des premières années. Dans d'autres cas, les troubles augmentent régulièrement au début, avant que le tableau clinique ne se stabilise. Le traitement de la dystonie peut se faire en ambulatoire chez des spécialistes en neurologie ou dans un centre spécialisé (ambulatoire du mouvement).

Donation
BCV, 1001 Lausanne
IBAN CH22 0076 7000 E 525 2446 2

ProRaris
Chemin de la Riaz 11
CH-1418 Vuarrens
Contact
ProRaris
Chemin de la Riaz 11
1418 Vuarrens
Tél. 021 887 68 86
ProRaris est membre de
Suivez-nous sur
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok